crédit photo : Aimée Mullins photographiée par Howard Schatz

Voulez-vous être augmenté ?

À priori cette question semble incongrue, n’est-ce pas ?

Mais ici, il ne s’agit pas d’augmentation au sens où on le comprend généralement.

Alors de quoi s’agit-il ?

Depuis une vingtaine d’années l’accélération du progrès technique s’est fait ressentir très nettement dans tous nos domaines de vie. Par exemple nous vivons aujourd’hui dans un monde peuplé d’écrans, nous ne pouvons plus nous en passer ?! Il suffit de penser à la progression : télévision, internet, smart phone, google glass, implant… L’écran se rapproche à un point tel qu’il commence à faire partie de … nous ?!

C’est assez remarquable. La technologie sait se faire désirer, elle nous absorbe, se substitue au vivant. Aujourd’hui on fabrique des pieds, des chevilles, des hanches bioniques qui imitent parfaitement les mouvements biologiques naturels. On commence à voir apparaître de minuscules dispositifs électroniques implantés dans le corps qui peuvent se connecter directement au système nerveux. Dans le cerveau ils peuvent convertir les intentions du greffé en commandes informatiques et piloter un ordinateur par exemple. Imaginez ces dispositifs reliés à un exosquelette, ça ne vous rappelle rien ?

Un courant est né il y a une trentaine d’années pour promouvoir cette idée de l’homme-cyborg, c’est le transhumanisme. La technologie est leur dieu, et ils espèrent bien faire naître à terme, grâce à la fusion progressive de l’homme et de la machine, une nouvelle espèce plus performante, un surhomme ancré dans la cybernétique.

Ce courant s’est trouvé un « ami » dans le néolibéralisme, qui lui vénère le dieu argent et voit un eldorado inépuisable s’ouvrir devant lui. Et pour cause, c’est une chose par exemple de remplacer une jambe par une prothèse bionique afin de remarcher, c’est autre chose quand un soldat se fait greffer une jambe artificielle pour pouvoir retourner sur le champ de bataille … et continuer à « faire son travail ». Aujourd’hui on peut observer l’avancée des nouvelles technologies dans de nombreux domaines sportifs. Par exemple en tennis les raquettes des joueurs ne sont plus en bois mais en fibre de carbone. Ce matériau composite a gagné aussi le cyclisme. En natation, la chimie est devenue un facteur clé dans l’élaboration des combinaisons des nageurs. La technologie avance dans tous les domaines, on recherche la légèreté, la performance, le gain. D’ici peu on verra apparaître un marché de masse pour toutes sortes de procédés afin d’améliorer son corps et ses perceptions. Nul doute que la propagande néolibérale veillera à ce que toutes et tous désirent s’augmenter, ne maîtrisent-ils pas le neuro-marketing ? Ce sera la course à qui s’augmente plus plus. Ceux qui le feront seront bien vu par la matrice, ils auront un job car ils auront un avantage concurrentiel et compétitif par rapport à ceux qui ne le feront pas.

Bienvenue à Gattaca.

La fabrique du consentement tourne inlassablement pour nous habituer et faire accepter ce futur « contre-nature », générateur d’encore plus de compétition, de méfiance, d’insécurité, d’agressivité et de destruction.

La société consumériste et ultralibérale prépare un futur

dans lequel le surhomme dépassera l’homme normal non pas en qualité, mais en quantité, à travers une personnalité élargie, un ego magnifié, un pouvoir mental accru et une force démultipliée, exerçant sa domination destructrice sur l’humanité et la Nature

Sri Aurobindo – La Vie Divine II, 28

La solution est d’une part de se détacher de ce que la matrice nous propose, ne pas gober tout cru ce futur sous gouverne de progrès, étudier, réfléchir. Cela amène à se différencier, ce qui est très bien pour apprendre à se connaître et réorienter son énergie vers ce qui nous paraît essentiel pour notre équilibre et notre évolution, et donc d’utiliser les nouvelles technologies à bon escient.

L’avènement du surhomme n’a rien avoir avec le produit de consommation élaboré par la matrice, Sri Aurobindo – un authentique Initié – en dit ceci

« Ce qui doit émerger est quelque chose de beaucoup plus difficile, et de beaucoup plus simple ; c’est un être qui a réalisé son Moi, c’est une édification du Moi spirituel, une intensité et un élan de l’âme, la libération et la souveraineté de sa lumière, de son pouvoir et de sa beauté… Une conscience nouvelle en laquelle l’humanité même trouvera son propre accomplissement et son propre dépassement par la révélation de la divinité qui s’efforce de naître en elle. Telle est la seule et vraie surhumanité, telle est la seule possibilité de faire un vrai pas en avant dans l’évolution de la Nature. »

Vous voulez en savoir plus ?

Même s’il date déjà un peu, Philippe Borel avec son excellent reportage « Un monde sans humains ? » nous livre un documentaire saisissant où scientifiques, techno-prophètes et philosophes débattent de « l’à venir ». Fruit de deux ans d’immersion dans les techno-sciences il lève le voile sur un univers futuriste, plus réel et imminent qu’il n’y paraît.

Ce documentaire est disponible sur l’ARTE boutique

Le panier est vide