De l’énergie solaire sans Linky et sans ondes

Conscient du piteux état dans lequel se trouve la planète et l’humanité, nombreux sont celles et ceux qui prennent du recul par rapport à la société décadente. Ils s’émancipent, s’autonomisent, se responsabilisent, polluent moins, mangent mieux, prennent soin du vivant, change de mode de vie.

Transformer la lumière du soleil en électricité et tendre vers l’autonomie énergétique séduit l’esprit. J’ai voulu en savoir plus et fait le choix d’installer des panneaux photovoltaïques aux Gentianes, siège social d’ARKANOVA et lieu d’expérimentation pour un habitat sain.

Le défi résidait à :

  • Faire du solaire photovoltaïque … sans Linky !
  • Produire une électricité propre, sans ondes radiatives, sans radio-fréquences ni wifi !
  • Avoir une idée claire de ma consommation et de ma production, panneau par panneau.

Voici mon retour d’expérience.

D’abord il faut bien être conscient que le gouvernement ne veut pas que l’on soit autonome, même s’il prétend le contraire. Il ne veut pas qu’on soit libre. Ce qui veut dire qu’il y a une lutte à mener pour gagner son indépendance, sa souveraineté.

Avant de se lancer il est sage de connaître globalement la répartition de votre consommation annuelle afin de déterminer la puissance qu’aura votre installation solaire. Aux Gentianes on consomme 9 000 kWh / an répartis à 50% pour le chauffage (pompe à chaleur air/eau) , 25% pour l’eau chaude (chauffe-eau vieillissant) et 25% pour l’électroménager, l’éclairage …

Vous pouvez faire acte de prudence et établir, en fonction de vos finances, un plan évolutif dans le temps, par exemple :

  1. Commencer par auto-produire 25% de votre consommation (ici : 8 panneaux photovoltaïques de 300Whc)
  2. Utiliser la sur-production pour l’eau chaude sanitaire
  3. Remplacer le chauffe-eau par un chauffe-eau thermo-dynamique
  4. Étendre la surface de captation en ajoutant des panneaux photovoltaïques
  5. Prévoir une batterie pour utiliser la nuit l’énergie solaire produite en journée.

Si vous installez vous-même vos panneaux vous allez économiser beaucoup d’argent. Pour ma part j’ai fait appel à un professionnel, on apprend l’un de l’autre et ensemble on va plus loin.

Zéro Linky

Le premier postulat, à savoir, ZÉRO LINKY, n’est pas un réel problème. Puisque Enedis (et l’État) « force » la pose du Linky dans tous les cas de figures, cela veut dire que vous n’allez pas revendre l’électricité à EDF & Co (tant pis pour eux !) et que vous allez donc donner – comme le soleil – gratuitement de l’électricité au réseau. Libre à vous ensuite d’optimiser votre installation pour consommer au mieux ce que vous produisez, sans gâcher.

Zéro ondes

Le deuxième postulat, ZÉRO ONDES, est plus difficile à satisfaire, car il faut lutter contre la paresse, la standardisation, l’ignorance… Les panneaux solaires ont évolués. Aujourd’hui ils sont plus robustes, garantie 30 ans, recyclable à 95%. L’onduleur centralisé fait généralement place aux micro-onduleurs qui convertissent le courant continue en courant alternatif. Chaque panneau à le sien. L’avantage est qu’en cas de panne d’un des modules ou d’un micro-onduleur, l’installation continue de fonctionner. Il faut veiller à ce que les micro-onduleurs communiquent en CPL et non en wifi ou radio-fréquences car sinon vous allez inonder votre maison de micro-ondes dangereuses pour la santé. Faites bien comprendre cela à votre installateur !

Ensuite dites lui d’utiliser du câble blindé pour relier le champ de panneaux solaires au coffret photovoltaïque. Cela permettra de réduire de 99% les champs électriques en provenance du toit, très important pour les maisons à ossature bois !

Pour finir prévoyez de filtrer l’électricité sale générée par les onduleurs. J’ai opté pour le Zen Protect de Biovolts en version duo car il dispose d’une plage de filtration élargie de 10 kHz à 2 Mhz, ce qui permet de supprimer toute pollution entrante y compris les Linky des voisins.

Maîtrise de l’installation

Pour faciliter l’installation j’ai pré-câblé le Zen Protect dans son coffret 2 rangées, fourni le câble blindé 3G2.5, suivi les opérations. Tout s’est bien déroulé mis à part le fait que chez Enphase, fournisseur des micro-onduleurs et de la passerelle de gestion des panneaux, le propriétaire n’a pas accès par défaut à la consommation détaillée panneau par panneau ?! Tiens, même topo que chez Enedis et son Linky ! Vos données sont lues, analysées, revendues et vous, vous n’y avez pas accès, ou que succinctement ?!

Frustrant n’est-ce pas ?

Je suis géobiologue, mais aussi informaticien. Avec l’aide de lutins j’ai pu « lire » les données protégées et j’ai écrit un bout de code qui me permet d’enregistrer plusieurs fois par heure, 24h sur 24, sous format Excel l’état de mes panneaux, l’ampérage, le voltage, ma consommation, ma production, bref je me suis donné les moyens de superviser mon installation.

Récapitulatif

Mes premiers objectifs sont atteints. Je dispose aujourd’hui d’une installation photovoltaïque solaire sans Linky, sans pollution électro-magnétique, que je maîtrise un tant soit peu. Par beau temps mon autoconsommation dépasse les 60%. Par temps couvert elle est d’environ 30%.

Prochaine étape : le remplacement de mon chauffe-eau vieillissant par un chauffe-eau thermodynamique.

Voici quelques données techniques de mon installation :

  • puissance de l’installation : 2 400 kWc
  • panneaux : 8 modules monocristallins bi-verre BIV60-300 Bourgeois Global
  • micro-onduleurs : 8 IQ7 Enphase
  • filtre CPL : Zen Protect version duo
  • communication internet : câblé RJ45
  • suivi global : logiciel en ligne MyEnlighten
  • suivi détaillé : tableau de bord Excel

Atelier

Pour celles et ceux que cela intéresse j’organise sur demande aux Gentianes un atelier de 6 heures intitulé « Mon système solaire photovoltaïque sans Linky et sans ondes » qui inclut :

  • la visite d’une installation photovoltaïque solaire avec micro-onduleurs Enphase
  • la problématique des champ électrique dans une maison à ossature bois
  • la lecture du schéma de câblage de l’installation comprenant le filtre CPL Zen Protect
  • le câblage interne du filtre CPL Zen Protect de Biovolts et son raccordement au tableau électrique
  • le raccordement de la passerelle Envoy-S metered avec le filtre CPL
  • comment mettre en place un outil de monitoring maison
  • comment brancher des interrupteurs automatique de champs dans un tableau électrique
  • où ajouter des filtres parallèles de type Panda, Stetzerizer ou EMFields pour réduire l’électricité sale interne
  • la revue du code source permettant d’interroger l’Envoy-S
  • la revue du code VBA de mise en page du fichier excel généré au format CSV

Si vous êtes intéressés vous pouvez téléphoner au 04 79 84 06 21 pour vous inscrire à la prochaine session.

LINKY – le dossier noir

Incendie chez Régis Morel

Témoignage de Régis Morel sur l’incendie du 2 novembre 2017

Comme vous le savez peut-être, ENEDIS (ex-ERDF), entreprise de service public et gestionnaire du réseau de distribution d’électricité, a lancé en 2016 – sans consultation préalable du public – un vaste programme de remplacement de nos compteurs électriques en parfait état de fonctionnement. L’installation des nouveaux compteurs électriques « intelligents » LINKY favoriseraient la transition énergétique souhaitée par l’Europe.

Ce serait pour notre bien, et le leur.

Quelques avantages du nouveau compteur pour le client :

  • Relevé de compteurs effectué à distance et sans rendez-vous.
  • Maîtrise de la consommation d’électricité facilitée et facturation de la consommation réelle.
  • Diagnostic des pannes plus aisé et intervention plus réactive.
  • Mise en service à l’emménagement en moins de 24h.

État des lieux à l’automne 2018

Cela fait maintenant plus de deux ans que le déploiement s’effectue en arrière fond de manière plutôt sournoise et musclée. De nombreux témoignages sur le terrain attestent qu’ENEDIS utilise l’omission, la ruse, le mensonge et la force pour passer en force et installer 35 millions de compteurs LINKY sur 95% du territoire français avant 2021 … et cela dit au passage empocher plus de 500 millions € sur le dos du contribuable, mais ça ce n’est pas explicitement dit.

Ce qui indigne particulièrement de nombreux abonnés c’est de se voir imposer ce compteur et voir débarquer les poseurs sans être forcément prévenus à l’avance. Le « fameux » courrier d’ENEDIS est parfois envoyé « après » la pose du LINKY … pour dire que tout s’est bien passé. D’ailleurs rares sont les courriers signés d’un vrai nom avec une vraie signature, autant dire qu’ils sont nuls et non avenants, et très irrespectueux.

Face aux nombreux problèmes écologiques, économiques, intrusifs et sanitaires engendrés par ce compteur, des gens se sont levés pour questionner le bien-fondé de ce déploiement … et de la politique énergétique de la France pour le futur. Aujourd’hui des centaines de collectifs fleurissent dans toute la France pour informer le public. Ces compteurs sont au centre d’un choix de société.

En effet Philippe Monloubou, président du directoire d’ENEDIS ne s’en cache plus :

Notre métier évolue et nous sommes désormais un opérateur de big data qui va bientôt gérer 35 millions de capteurs connectés.

35 millions de LINKY ≡ 35 millions de capteurs.

La question sous-jacente est posée :

  • Voulons-nous vivre « connectés » et « épiés » 24h sur 24h ?
  • Voulons-nous défendre la liberté et notre vie privée ?

A l’heure actuelle plus de 14 millions de foyers français sont équipés du nouveau compteur. Il s’en installe au dire d’ENEDIS quelque 30 000 par jour. 800+ millions de compteurs communicants sont installés actuellement dans le monde. L’objectif prévu est de 1,5 milliards pour 2021 !?

Quoiqu’il en soit, le compteur LINKY soulève de nombreux problèmes : surcoûts, risques d’incendie et de pannes, atteinte à la vie privée, calamité écologique, risques sanitaires, la liste est conséquente.

Heureusement les solutions existent. La pose du compteur n’est pas obligatoire pour le particulier, ni pour la commune. Le maire peut prendre un arrêté, le conseil municipal une délibération car les compteurs électriques appartiennent aux collectivités territoriales. Celle-ci n’est pas retoquée systématiquement comme le prétend ENEDIS. Au contraire, il suffit juste de la rédiger de manière juridiquement correcte. L’abonné peut signaler la propriété privée et protéger son compteur.

Vous voulez-en savoir plus ?

Alors en route pour plus d’infos.

  • LINKY – le dossier noir

    Linky - le dossier noirLINKY - le dossier noir. ENEDIS a lancé en 2016 – sans consultation préalable du public – un vaste programme de remplacement de nos compteurs électriques en parfait état de fonctionnement. L’installation des nouveaux compteurs électriques « intelligents » LINKY favoriseraient la transition énergétique souhaitée par l’Europe. Sur le terrain, tout n'est pas aussi enchanteur. Le compteur soulève de nombreux problèmes : coûts prohibitifs, risques d’incendie et de pannes, atteinte à la vie privée, calamité écologique, trouble social, risques sanitaires, la liste est conséquente. Que faut-il en penser ? Quelles sont les solutions ? Lire la suite…

  • LINKY – surfacturation et coûts prohibitifs

    Linky - des coûts prohibitifsLINKY - surfacturation et coûts prohibitifs. Vous l’avez lu dans de nombreux articles, le nouveau compteur LINKY est « ruineux », les factures s’envolent chez de nombreux consommateurs et les coûts cachés sont bien là. Défiant tout bon sens, certains fournisseurs d’électricité, comme ici Happ-e une offre de chez ENGIE, continuent à nier l’évidence et à proclamer joyeusement sur leur site : Un compteur 100% gratuit ! Ni le compteur Linky, ni sa pose ne vous seront facturés ! Lire la suite…

  • LINKY – incendies et pannes à gogo

    Linky - pannes et incendiesLINKY - incendies et pannes à gogo. Dans la presse on lit parfois, souvent des articles décrivant des pannes et des départs d’incendies potentiellement imputables au compteur LINKY. Comme vous pouvez aisément le comprendre, le dossier est particulièrement « chaud » et ENEDIS, alias l’État, alias la presse s'emploie à « étouffer » ces affaires. Néanmoins la vérité finit toujours par se savoir. Voyons les faits. Lire la suite…

  • LINKY – Big Data & Big Brother

    Linky - Big Data et Big BrotherLINKY - Big Data & Big Brother LINKY est sans aucun doute un outil génial. Il peut en effet faire des relevés journaliers et construire au fil des remontées de données une « courbe de charge » fidèle du foyer. Plus le nombre de relevés est importants, plus la granularité est fine et plus la précision de l’analyse est redoutable. Que va faire ENEDIS avec les données confidentielles récoltées ? Eh bien, ce n’est plus un secret aujourd’hui ! Lire la suite…

  • LINKY – les ondes, un danger avéré

    Une réfugiée des ondes en AlsaceLINKY - les ondes, un danger avéré. Avant d’entamer le volet sur les ondes et leurs dangerosités il est important de comprendre le fonctionnement du LINKY et de ses composantes. Le CPL LINKY qui fonctionne 24h sur 24 sans discontinuité ne s’arrête pas au compteur. Même si vous gardez l’ancien compteur, vous serez impacté et pollué par les LINKY des voisins. Cela fait maintenant des dizaines d’années que les nuisances dues aux champs électromagnétiques artificiels (CEM) sont connues des autorités militaires, scientifiques et étatiques. Lire la suite…

  • LINKY – textes, lettres, vidéos, sites internet

    Linky - en savoir plusLINKY - textes, lettres, vidéos, sites internet. Et non, l’Europe n’impose pas les compteurs aux particuliers. AUCUN texte de loi n’oblige le particulier à accepter le compteur LINKY ! Voici quelques références pour séparer le bon grain de l’ivraie et vous faire une opinion libre et éclairée. Lire la suite…

  • LINKY – les solutions

    Dupin Quotidien - Victoire des anti-Linky à BlagnacLINKY - les solutions. Cette page parcourt les solutions connues à ce jour pour avoir ou ne pas ou plus avoir LINKY chez soi. Aucune loi n’autorise ENEDIS à vous imposer un compteur LINKY contre votre gré. Vous avez le droit légal de refuser LINKY. Par ailleurs il faut noter qu’ENEDIS a l’obligation de par la loi française à vous proposer le compteur LINKY. De ce fait, même si c’est illégal, l’entreprise n’hésitera pas à installer chez vous ce compteur, dût-elle utiliser la ruse et l’intimidation pour arriver à ses fins. Lire la suite…

Le débat sur C politique du 28 janvier 2018 avec Bernard Lassus, directeur du programme LINKY chez Enedis et José Mercier, maire de Bovel – durée 16’23

LINKY – surfacturation et coûts prohibitifs

Facture en hausse chez Corinne et Didier

Témoignage de Corinne et Didier sur leur facture d’électricité qui a doublé

Vous l’avez lu dans de nombreux articles, le nouveau compteur LINKY est « ruineux », les factures s’envolent chez de nombreux consommateurs et les coûts cachés sont bien là. Défiant tout bon sens, certains fournisseurs d’électricité, comme ici Happ-e une offre de chez ENGIE, continuent à nier l’évidence et à proclamer joyeusement sur leur site :

Un compteur 100% gratuit !  Ni le compteur Linky, ni sa pose ne vous seront facturés !

Quel culot n’est-ce pas. Ceci est évidemment un vilain mensonge.

Depuis le rapport de la Cour des comptes de février 2018 on sait que :

  • Les consommateurs financent un peu à chaque facture les 130 euros de l’appareil.
  • Avec un différé tarifaire jugé excessif qui rapportera à ENEDIS quelques 500 millions d’euros.
  • Et que le déploiement des 39 millions de compteurs représente un investissement de 5,7 milliards. Le journal Le Monde mentionne même un gaspillage de 8 milliards le 6 octobre 2017.

Une courte synthèse du rapport de la cour des comptes de février 2018 sur le compteur LINKY – durée 1’12

En réfléchissant un peu, pensez-vous vraiment qu’ENEDIS va amortir les 6 milliards de déploiement du compteur en facturant l’électricité au même prix ? C’est bien sûr un gag, ce n’est pas réaliste pour un sou, et ils le savent parfaitement.

Non ce qui est prévu c’est que le consommateur paie … tout !

Voici quelques coûts à prévoir en cas de changement de compteur.

Coût supplémentaire : le TURPE

Savez-vous par exemple que les dérapages liés à l’investissement et à la distribution seront répercutés à l’usager via le TURPE 5 HTA-BT, c’est-à-dire à travers le tarif d’utilisation des réseaux publics de transport et de distribution d’électricité ?

Notez- que celui-ci intègre le compte de lissage associé au projet LINKY.

Coût supplémentaire : l’ERL

L’émetteur radio Linky ou ERL qui permet de récupérer des données plus précises et d’analyser la consommation électrique en temps réel est une option payante.

Coût supplémentaire : le disjoncteur interne au LINKY

Le disjoncteur interne du LINKY, appelé « breaker », est beaucoup moins tolérant que l’ancien disjoncteur externe qui lui supportait au démarrage de certains appareils, comme par exemple une pompe à chaleur, facilement de 5 A à 10 A de plus.

Sans LINKY pour un abonnement de 9kVA le calibre est de 45 A et le déclenchement se faisait entre 49 A et 63 A

Avec LINKY pour un même abonnement de 9kVA le déclenchement se fait entre 42 A et 45 A.

Conversation entre un usager dont l’installation disjoncte continuellement et le dépannage ENEDIS – durée 3’56

Coût supplémentaire : le passage kVA

On est d’accord, l’abonné paie la puissance délivrée. Mais ce qu’ENEDIS tait à l’usager c’est qu’elle n’est plus facturée en kW (puissance active) mais en kVA (puissance apparente ou réactive) qui dépend du cosinus phi (valeur entre 0 et 1) des appareils électriques. Plus il est bas, plus la facture est salée. ENEDIS a préparé son coup depuis 2011, date à laquelle les factures ont été établies en kVA. Les anciens compteurs ne savaient pas calculer la puissance apparente, LINKY le peut, lui.

La réponse d’ENEDIS par rapport aux factures en hausses ?

Estimez-vous heureux ! Vous bénéficiez jusqu’ici d’une faveur. Aujourd’hui avec LINKY vous payez votre consommation réelle, c’est tout à fait normal.

Ils seraient capables de demander un arriéré les bougres.

Comprendre les mécanismes du passage kW à kVA du LINKY et du surcoût qu’il induit – durée 6’39

https://videos2.next-up.org/ENEDIS_Escroc.html

Coût supplémentaire : la vérification de l’installation électrique

Surprise ! Le client est responsable de la vérification, par un installateur électricien qualifié, de l’état de son installation électrique et sa capacité à absorber toute nouvelle puissance souscrite (tome2 de l’Officiel de l’Électricité). Il en supporte les frais selon la norme NF C 15-100 qui régit la partie qui part du coffret jusqu’à l’installation électrique du logement.

Autrement dit, suite au remplacement d’un compteur standard par un LINKY il est fortement conseillé, comme on va le voir par la suite, de faire vérifier son installation. En effet, les poseurs ne respectent pas systématiquement les règles de sécurité et la norme NF C 14-100 qui s’impose au distributeur d’électricité.

Un comble pour un service public !?

La mise en place de filtres pour bloquer la dirty electricity (électricité sale) du LINKY – durée 6’14

https://videos2.next-up.org/ENEDIS_Linky_Dirty_Electricity.html

Coût supplémentaire : le dépannage et remplacement des appareils endommagés

Ensuite n’oublions pas la réparation, voire le remplacement, des appareils électriques endommagés par le CPL injecté par LINKY dans le réseau électrique domestique. Cette pollution est appelée LDE pour Linky dirty electricity. Petite note au passage, le CPL LINKY G3 actuel est 500 fois plus puissant que le CPL 175 Hz utilisé par ENEDIS pour la gestion heures pleines / heures creuses. Il peut donc aisément endommager l’électroménager, ordinateur et tout autre appareil électrique branché sur le réseau de l’habitat. Il présente bien sûr des risques sanitaires pour toute personne assujettie à l’électrosensibilité.

Coût supplémentaire : les filtres à la charge du client

L’ANSES préconise l’installation de filtres pour éviter la propagation des signaux CPL (courant porteur en ligne) dans le logement (rapport de juin 2017). L’usager qui veut se protéger des désagréments du CPL LINKY devra donc investir dans des filtres conçus pour limiter les harmoniques polluantes et éviter par ailleurs l’augmentation de la consommation énergétique due à cette pollution.

LINKY – incendies et pannes à gogo

Incendie au magasin Les Blés d’or

Témoignage du gérant suite à l’incendie au magasin Les Blés d’or

Vous avez peut-être lu des articles décrivant des pannes et des départs d’incendies potentiellement imputables au compteur LINKY. Comme vous pouvez aisément le comprendre, le dossier est particulièrement « chaud » et ENEDIS, alias l’État, alias la presse, fait tout pour « étouffer » ces affaires.

Néanmoins la vérité finit toujours par se savoir. Voyons les faits.

Linky – les incendies

Le 18 avril 2018, l’association Promotelec, qui regroupe l’ensemble de la filière électrique et du bâtiment (dont ENEDIS, EDF), publiait une note : Linky : faites intervenir un installateur électricien qualifié qui contenait l’alerte au feu suivante :

Lorsque le technicien place Linky chez un particulier et règle le disjoncteur de branchement, il n’est pas chargé de vérifier si l’installation électrique du foyer est en mesure de supporter le niveau de puissance défini . Dans le cas où les sections de câbles ne sont pas adaptées aux nouveaux réglages, des accidents (feu) peuvent se produire le jour où le particulier fait la demande auprès d’Enedis afin d’augmenter la puissance de son compteur à distance pour répondre à des besoins en énergie plus conséquents 

Cliquez sur l’image ci-dessous pour lire le texte en entier. Promotelec - LINKY - extrait 18 avril 2018

Le 25 mai 2018, cette même association Promotelec censurait l’alerte au feu en gommant le passage compromettant. Elle est même revenue au texte du 6 mars 2018 comme si le 18 avril n’avait jamais eu lieu.

Oh la vilaine forfaiture ! C’est oublier qu’il existe ça et là des sauvegardes des originaux.

Le message est clair, vous pouvez « cramer » tranquille.

Merci !

LINKY et les risques d’incendies, revue de presse de Stéphane Lhomme – durée 3’09

Il n’y a pas de fumée sans feu.

En creusant un peu plus on réalise l’ampleur de la tromperie.

ENEDIS ne respecte tout simplement pas totalement la norme NF C14 100 qui s’impose au distributeur d’électricité.

Voyons quelques violations :

  • Dans sa version G3, le CPL LINKY peut monter jusqu’à 480 000 Hertz. Le compteur dégage de ce fait une chaleur intense qui, au contact d’une matière inflammable comme le bois par exemple, peut générer des flammes et provoquer un démarrage d’incendie.
    Pour prévenir ce risque la norme impose que le LINKY, fabriqué en matière auto-extinguible, soit installé sur une platine plastique également auto-extinguible. Cela n’est nullement respecté par les poseurs qui remplacent le compteur sans remplacer le tableautin de bois sur lequel il est souvent fixé.
    Linky sur platine bois 2      Linky sur platine bois 1
  • De surcroit, vue la dangerosité du CPL, la même norme interdit la pose du LINKY dans de nombreux lieux où se trouvent actuellement les compteurs électromagnétiques. Cela non plus n’est pas respecté par les poseurs.
  • Cerise sur le gâteau, la directive européenne sur la métrologie 2014/32/UE du 26 février 2014 prévoit qu’un compteur d’électricité ne doit pas être manipulable à distance par une connexion à un quelconque dispositif de nature à faire perdre confiance dans l’instrument de mesure. De ce fait la norme NF C14 100 interdit formellement d’installer un ré-enclenchement automatique sur un AGCP (Appareil Général de Coupure Principale – nom technique du disjoncteur en langage courant) or c’est le principe même du fonctionnement du LINKY.

Pour plus de détails je vous renvoie à cette note rédigée par un officier supérieur honoraire de gendarmerie.
pdf icon

Linky – les pannes

Porte de garage qui s’ouvre ou se ferme toute seule, idem pour le portail, volets électriques qui s’abaissent ou qui montent de manière impromptue, réseau domotique planté, cartes électroniques endommagées (chauffe-eau, ascenseurs,…) télé, ordinateur hors service … les pannes recensées suite à l’installation du LINKY sont légions. Les dégâts se chiffrent en millions d’euros.

LINKY n’est pas en cause, ou si, indirectement. La source de ces problèmes est le CPL avec ses fréquences pulsées qui rendent certains appareils fous, heureusement pas tous.

Petite parenthèse au passage.

le nouveau compteur permet la coupure de l’électricité à distance sans qu’on vous demande votre avis. Attention donc si vous êtes sous assistance d’appareils médicaux nécessitant le courant.

De gros problèmes après la pose du LINKY à Montauban – durée 2’56

LINKY – Big Data & Big Brother

Le capacités Big Data du LINKY

Témoignage de Bernard Lassus sur les aspects Big Data du LINKY

Dans le dossier de presse ENEDIS du 9 juillet 2015 sur le compteur LINKY ont peut lire :

Le programme Linky a pour ambition de créer un standard mondial de l’industrie du comptage évolué. Pour y parvenir, ERDF a bâti un système évolutif utilisant des technologies de pointe, capables de gérer de très importants flux de données.

Nous ne sommes encore qu’aux prémices de l’exploitation de toutes les potentialités de ce compteur : Big Data, usages domotiques, objets connectés… L’installation des compteurs communicants bénéficiera à l’ensemble de la filière électrique. Le programme Linky est suivi de près par les acteurs majeurs du secteur de l’énergie : fournisseurs, distributeurs, producteurs, équipementiers, startups…

LINKY est sans aucun doute un outil génial … pour l’ensemble de la filière électrique. Il peut en effet faire des relevés journaliers et construire au fil des remontées de données une « courbe de charge » fidèle du foyer. Plus le nombre de relevés est importants, plus la granularité est fine et plus la précision de l’analyse est redoutable (voir ci-dessous).

Que va faire ENEDIS avec les données confidentielles récoltées ?

Eh bien, ce n’est plus un secret aujourd’hui ! La société va les vendre pour se faire des « sous ». Ceci est bien confirmé non seulement dans cette brochure ENEDIS, mais aussi par Bernard Lassus, directeur du programme LINKY, et bien sûr Philippe Monloubou, président du directoire d’ENEDIS, le big boss.

Les données collectées sont sensibles car elles permettent de faire du « profilage » et donc de mettre à nu les habitants. Elles ont beau être cryptées, la vie privée n’est plus respectée, d’autant qu’ENEDIS cache la vérité et ne cesse de mentir au sujet du programme LINKY.

LINKY est un véritable cheval de Troie.

Cela dit, il faut différencier big data du big brother, l’objectif n’est pas tout à fait le même, et ceux qui sont intéressés par l’un ne le sont pas forcément par l’autre. Voici un point de vue sur cette différence.

Linky – le Big Data

Le Big Data est un terme qui signifie mégadonnées ou données massives. Il désigne un ensemble faramineux de données numériques exploité par des algorithmes dotés d’intelligence artificiel dans des data centers ou centres de données tenus secrets. Les géants du web tels que Google, Amazon, Facebook ou encore Yahoo ont été les premiers à déployer ce type de technologie. Le marché est juteux, pensez-donc, un business évalué par certains à 300 milliards d’euros aujourd’hui et 1 000 milliards dans 5 ans. ENEDIS a flairé le filon et on comprend qu’elle veuille sa part du gâteau. La Poste aussi prépare ses gentils postiers et postières à devenir des espions, car vous l’avez compris, le but est d’aller à la pêche aux infos et rentrer tout le monde en machine.

Selon Cash Investigation les données personnelles d’un européen aujourd’hui pèseraient quelque 600 €. Multiplier par 750 millions d’européens ça commence à chiffrer n’est-pas. Bien-sûr les petits soldats d’ENEDIS continuent de mentir et prétendent ne pas aller vendre vos données personnelles. C’est un gag !

Ils feront tout pour récupérer ces précieuses données, quitte à vous reverser des clopinettes, vous savez c’est l’histoire des cartes de fidélité dans les magasins.

Libre et humain à l'ère d'internet - Amélie Delalain et Héloïse PierreNe vous y trompez pas, aujourd’hui vous êtes filmé, profilé et plumé.

Pour en savoir plus sur le Big Data et la protection de la vie privée je vous invite à prendre connaissance de l’excellent livre numérique Libre et humain à l’ère d’internet d’Amélie Delalain et Héloïse Pierre. Leur ouvrage est richement illustré, ludique, interactif  et parsemé de trouvailles et de solutions. Sublime !

Il y a aussi le documentaire très instructif sur la monétisation de vos données réalisé par Élise Lucet : Cash Investigation – Marketing : les stratégies secrètes. Croustillant !

Quant à la compréhension de ce qui se passe chez vous par l’intermédiaire de votre électroménager, il ne s’agit pas seulement de la mise en route du grille pain ou de la machine à laver, cela va plus loin, jusqu’à par exemple identifier l’émission télé que vous regardez. La démonstration avait déjà été faite par deux jeunes allemands Dario Carluccio et Stephan Brinkhaus en 2011.

Vous n’y croyez pas ?

Vous avez raison, gardez l’esprit critique.

Que pensez-vous du teaser ci-dessous ?

L’analyse des données Big Data – ARTE – extrait de l’émission Xenius du 16 février 2016 – durée 1’10

Et si vous doutez de l’existence de ces startups qui offrent leur services d’analyses de données aux distributeurs d’électricité tel qu’ENEDIS, je vous invite à visionner la réclame de l’entreprise ONZO.

Merci à Next-Up d’avoir traduit et sauvegardé ce petit bijou de clarté.

La CNIL ne va pas résister longtemps à la déferlante qui s’annonce, même si elle a mise en demeure en mars 2018 le fournisseur d’électricité Direct Énergie pour la collecte des données des clients sans leur consentement. La CNIL, malgré toute sa bonne volonté, n’a pas les moyens d’endiguer ce flot de perversion numérique. Son existence donne bonne conscience aux paresseux et son impact reste symbolique.

Linky – le Big Brother

Big Brother veut dire littéralement le « grand frère ». Normalement il prend soin de ses frères et soeurs plus petits. Mais là, pas trop. Il ne pense qu’à ses fesses et à surveiller le bon peuple pour être sûr qu’il ait toujours le dessus. Big Brother est issu du roman 1984 de George Orwell, une fiction devenue réalité, grâce à l’informatique, aux techniques de communications modernes et à l’art de manipuler le quidam sous la ceinture.

Vous avez une sélection de livres disponibles à l’achat dans la section livre ⇒ matrice sur ce sujet, ne vous en privez pas.

Le Big Data récolte des informations pour faire du commerce en vous exploitant. Big Brother lui récolte des informations pour savoir si vous êtes nuisible au système qu’il a mis en place, c’est-à-dire si vous êtes un danger pour cette minorité d’inhumains qui sponsorisent le Big Data aux fins de saigner l’homme et la Nature. Leur cupidité n’ayant pas de limites.

Ce n’est donc pas tout à fait pareil. La surveillance systématique, le flicage, ou Big Brother, supplante le Big Data car il permet la pérennité de l’opération « suicide » à l’échelle planétaire. Un agenda a été mis en place pour contrôler le peuple au plus prêt. Des « boîtes noires » sont déployées à l’échèle planétaire, comme par exemple chez les fournisseurs d’internet pour la surveillance de vos opinions et croyances. Dans les voitures, pour cerner vos allers et venues et connaître votre tempérament. Dans l’habitat avec LINKY pour capter votre mode de vie. Comme on peut le voir la surveillance massive se fait aux trois niveaux de la personnalité : pensée, sentiment et volonté. Big Brother se réserve bien sûr le droit de vous supprimer l’accès internet, de piloter votre voiture et de vous couper l’électricité comme bon lui semble.

Si vous laissez faire, le profil complet de votre personnalité sera rentrer en machine.  Il ne vous restera alors plus que votre Âme, difficile à « profiler » car pas de ce monde, ouf.

N’est-il pas temps d’endiguer ce fléau et de reprendre les choses en main ?

Petite remarque au passage

Quelque 700 000 concentrateurs CPL seront installés sur le territoire français. Ils ont pour fonction de superviser les nouveaux compteurs et de transmettre les données aux fournisseurs et tiers acteurs. Dans les marques retenues par ENEDIS on trouve l’Itron PLCC3G. Cet ordinateur sans écran, installé dans le transformateur de quartier, va gérer la communication et le cryptage des données récoltées en temps réel par les LINKY reliés entre eux par CPL (courant porteur en ligne).  Soit, mais savez-vous que le cryptage de la solution OpenWay de cette entreprise américaine Itron répond à la norme NSA suite B ?!

La NSA (National Security Agency), c’est le Big Brother aux grandes oreilles, rappelez-vous Snowden. Autrement-dit, le gouvernement français pourra à loisir espionner à distance tous les foyers équipés de LINKY, et les États-Unis pourront en faire tout autant et récolter eux aussi une moisson d’informations gigantesque.

Le white paper Itron sur leur solution OpenWay intégrée aux smart meters dispositif de la smart grid – rédigé en anglais.

pdf icon

LINKY – les ondes, un danger avéré

Le capacités Big Data du LINKY

Témoignage d’une réfugiée des ondes en Alsace suite à l’installation du LINKY

Avant d’entamer le volet sur les ondes et leurs dangerosités il est important de comprendre le fonctionnement du LINKY et de ses composantes. ENEDIS compte installer quelque 35 millions de compteurs LINKY chez les particuliers et environ 700 000 concentrateurs dans les transformateurs et dans la rue pour récupérer les données. Comme le montre le schéma ci-dessous, les habitations reliées à un même transformateur de quartier forment une « grappe ».

architecture du Linky

 

Au sein d’une même grappe l’information est véhiculée via le CPL (courant porteur en ligne). Le principe du CPL est de superposer au courant alternatif 50 Hz de nos installations électriques un signal de plus haute fréquence et de faible énergie. Ce dernier se propage sur le réseau électrique de toute la maison, inonde la grappe avec les données numériques qui sont ensuite envoyées via les concentrateurs aux gestionnaires du réseau global par radio-fréquences.

Le LINKY G3 est évolutif et peut fonctionner actuellement jusqu’à une fréquence de 480 000 Hz, soit 2 700 fois plus que le CPL heures pleines, heures creuses qui fonctionne à 175 Hz ! Le réseau électrique actuel n’est pas taillé pour encaisser de telles fréquences. En plus il n’est pas blindé et une partie de l’énergie est rayonnée sous forme d’ondes perturbatrices pour le vivant comme on va le voir plus loin.

Il est à noter que le CPL LINKY fonctionne 24h sur 24 sans discontinuité. Il est démontré qu’il ne s’arrête pas au compteur. Donc, même si vous gardez l’ancien compteur, vous serez impacté et pollué par les LINKY des voisins.

Les ondes en lien avec Linky

Voyons maintenant les différentes ondes propagées par la technologie LINKY.

  • Le compteur LINKY, comme tout appareil électrique, émet un champ magnétique et un champ électrique. L’agence national des fréquences, l’ANFR donne les mesures suivantes chez un particulier à 20 cm du LINKY :

⇒ intensité du champ électrique : 0,25 V/m et 1 V/m

⇒ densité de flux du champ d’induction magnétique : 10 nT et 50 nT

Ces valeurs sont dans les limites « faiblement significatives » données par l’organisme Allemand de Baubiologie SBM-2015, une référence pour toute personne électro-hyper-sensibles (EHS) et tout individu soucieux de sa santé.

Résultat : le compteur seul est moins polluant qu’un grille-pain !

  • Le CPL LINKY, c’est une autre histoire. Il est radiatif comme l’a démontré le Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB) dans son rapport n°2016-CRD-16 sur le LINKY.

Résultat : le CPL LINKY intensifie le problème sanitaire lié aux champs électriques basses fréquences.

  • L’Émetteur Radio LINKY (ERL) est un module optionnel à placer dans le compteur LINKY. Il permet à travers une application de type « manageur d’énergie » de suivre sa consommation en temps réel. Les données sont transmises 24h sur 24, 365 jours sur 365 par radio fréquences 868 MHz et 2,4 Ghz.

Résultat : l’ERL LINKY intensifie le problème sanitaire lié aux micro-ondes et hautes fréquences.

  • Le concentrateur LINKY situé dans les transformateurs et dans le mobilier urbain est radiatif puisqu’il utilise lui aussi les radio fréquences pour transmettre ses données aux gestionnaires de la smart-grid.

Résultat : les émetteurs aggravent les problèmes sanitaires liés aux micro-ondes et hautes fréquences.

Avant de passer en revue les effets nocifs avérés des ondes électromagnétiques artificiels, voici le témoignage de Sonia interviewée par Maud Bigand.

Témoignage de Sonia après la pose d’un LINKY chez elle en décembre 2015 – durée 19’07

Cela fait maintenant des dizaines d’années que les nuisances dues aux champs électromagnétiques artificiels (CEM) sont connues des autorités militaires, scientifiques et étatiques. En effet il suffit par exemple de prendre connaissance du rapport classé confidentiel EDF du 13 avril 1983 décrivant les nuisances dues aux lignes à haute tension et aux pollutions électromagnétiques, ou encore de lire l’étude réalisée en février 1975 par Allan H. Frey montrant que les radio-fréquences pulsées affectent la perméabilité de la barrière hématoencéphalique laissant passer les bactéries, virus et autres toxines directement du sang dans le cerveau, pour réaliser l’étendu du mensonge.

Ainsi, le rapport de juin 2017 établi par l’Agence nationale de sécurité sanitaire, l’ANSES, sur l’exposition de la population aux champs électromagnétiques émis par les « compteurs communicants » est une vaste blague. Le fait qu’ENEDIS se base sur cette « fake-study » pour justifier de la non toxicité du LINKY est clownesque. L’ANSES ne protège en rien la santé des usagers sur ce dossier, bien au contraire. La piètre qualité du rapport et la collusion avec l’organe étatique la discrédite complètement. C’est à se demander même, si elle a les compétences pour mener à bien une étude complète et impartiale ?

Voyons maintenant brièvement pourquoi les ondes électromagnétiques artificielles ont un impact sur le vivant.

Les ondes – exposition aux basses fréquences

Pour simplifier il s’agit ici des fréquences oscillant de 1 Hz à 100 kHz, voire un peu plus. Cela englobe le réseau électrique 50 Hz de la maison et tout ce qu’on peut brancher dessus ainsi que le courant porteur en ligne (CPL) utilisé par LINKY, mais aussi entre autre par Free pour le réseau internet domestique.

Les travaux de Louis-Claude Vincent et Herbert Fröhlich ont démontré que l’être humain était « électrique ». En effet, ces deux biophysiciens ont mis en évidence la création naturelle de champ électromagnétique au sein de nos cellules ainsi que les propriétés dipolaires des membranes cellulaires. Par ailleurs les découvertes des docteurs James Gould et Joseph Kirschvink, ainsi que le biologiste Robin Baker, ont montré que les cellules de l’être humain renfermaient des cristaux de magnétite. L’homme est donc aussi un être « magnétique ».

On peut alors aisément comprendre que, soumettre le vivant à un champ électromagnétique artificiel externe n’est pas neutre. À petite dose les ondes stimulent et soignent, à fortes doses elles tuent. D’où la triste réalité de l’existence des armes psychotroniques et micro-ondes utilisées à des fins de « manipulation des masses » ou « politiques et stratégiques ».

La science expérimentale sur les cellules prouve que le champ électromagnétique artificiel, ou l’électro-smog, induit un courant électrique dans le liquide extracellulaire. Celui-ci provoque alors des modifications électrochimiques à la surface des cellules et conduit à des réactions transmembranaires provoquant des perturbations cytoplasmiques déclenchant à leur tour la prolifération cellulaire et une dégradation de la santé. Ce processus à été mis en évidence dès 1990 par Thomas Tenforde.

Vous comprenez peut-être mieux maintenant pourquoi vous risquez de ne pas vous sentir bien après l’installation d’un LINKY sous CPL radiatif chez vous.

Faites vos recherches sur les nuisances des CEM. Voici ce que rapporte le centre Études et Vie de Belgique :

Principaux effets biologiques in vitro rapportés

  • Diminution des défenses immunitaires des lymphocytes T (Lyle, 1998)
  • Modification des flux calciques (Blackman, 1990)
  • Arrêt de l’action anticancéreuse de la mélatonine (Liburdy, 1993)
  • Modification de la croissance osseuse (Ritzsimmons, 1986)

Principaux effets biologiques sur l’animal rapportés

  • Rupture de l’ADN des cellules cérébrales (Lai, 1997)
  • Promotion tumorale, augmentation de tumeurs mammaires (Mevissen, 1996 et Benhiashvili, 1991)
  • Augmentation des malformations des embryons de poulet (Delgado, 1982)
  • Augmentation de la fréquence cardiaque chez le rat et le chien (Reif, 1995)
  • Diminution des globules blancs et baisse de l’hémoglobine chez la souris (Fam, 1980)
  • Diminution de la dopamine et la sérotonine chez le singe (Wolpaw, 1989)
  • Diminution du taux de mélatonine nocturne chez le rat (Reiter, 1988)

Tout cela n’est donc pas nouveau et il y a de quoi faire. Le champ de recherche sur les effets biologiques causés par les basses fréquences est à peine effleuré par le secteur scientifique.

N’avez-vous d’ailleurs pas remarqué ? Les experts, la presse, les agences nationales ne parle JAMAIS des effets biologiques dus aux ondes artificielles ?!

Les ondes – exposition aux hautes fréquences

Les micro-ondes, appelées aussi rayonnement non ionisant, ont des fréquences qui oscillent de 100 kHz à plus de 300 Ghz. On retrouve ici le CPL haut débit, la TNT, le téléphone sans fil DECT, la téléphonie mobile (GSM, 2G, 3G, 4G, 5G), la Wifi, le four à micro-ondes, le Wimax, les faisceaux hertzien satellites et les radars.

Ces ondes sont un véritable fléau et on le sait depuis les années 20 du siècle dernier !? Maux de têtes, effets mortels chez l’animal, maladie des micro-ondes, modifications sanguines, cataractes, lésions oculaires, hémorragies internes, leucémies, tumeurs cérébrales, maladies cardiovasculaires, etc. L’armée a été la première à comprendre la dangerosité des rayonnements non ionisants. Et les nuisances ne se réduisent pas seulement aux seuls effets thermiques, loin s’en faut. Il faut comprendre que toutes les institutions en lien de près ou de loin avec le sujet « des ondes » ont été depuis les années 70 petit à petit infiltrées et gangrénées par des lobbies militaires et industriels peu scrupuleux afin de taire la vérité.

Aujourd’hui quasi tout le monde se réfugie derrière les recommandations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en matière de rayonnement électromagnétique. Mais saviez vous que ce cher Michael Repacholi, qui collabora avec l’OMS dès 1976, et qui en devint le coordinateur en chef pour les programmes de recherche sur les risques sanitaires liés aux lignes à haute tension, antennes relais et autres GSM touchait par ailleurs des centaines de milliers d’euros de la part des acteurs de la téléphonie mobile ?! Que ce même Repacholi est le fondateur de la Commission internationale pour la protection contre les rayonnements non ionisants (CIPNRI) auteur des normes outrageusement élevées définissant les limites d’exposition de la population, repris par l’OMS et gobées par l’état français ?  On comprend alors mieux le rapport stérile sur le LINKY pondu par l’ANSES qui aime citer l’OMS qui suit elle-même les recommandations du CIPNRI, une agence manœuvrée par les industriels.

Heureusement il existe aussi des chercheurs sérieux, honnêtes et responsables qui ont pu mettre en évidence les nuisances des radio-fréquences. Il suffit de prendre connaissance par exemple des travaux de Roger Santini et Pierre Aubineau en France, Henry Lai et George Carlo aux États-Unis, Gerard Hyland en Grande Bretagne, Lebrecht von Klitzing en Allemagne, Leif Salford et Olle Johansson en Suède. Ces quêteurs de vérités ont vu leurs financements officiels supprimés, voire leurs laboratoires fermés et pour certains leur maison flambée.

Faites vos propres recherches, les nuisances sont réelles et non psychosomatiques puisque observées aussi sur les animaux. En voici quelques symptômes :

Principaux effets épidémiologiques et biologiques sur l’animal et l’humain rapportés

  • Diminution de la mélatonine chez le bétail (Alpeter, 1995)
  • Atrophie de la mémoire, diminution de l’attention (Kolodynski, 1996)
  • Maux de tête, nausées, sommeil perturbé, fatigue, irritabilité, perte de concentration (Santini, 2001 à 2003)
  • Troubles cardio-vasculaires (Hutter, 2002)
  • Détérioration de la barrière hémato-encéphalique protégeant le cerveau (Frey, 1975 – Salford, 1994)
  • Rupture des brins d’ADN sur des cerveaux de rats (Lai, 1995)
  • Risques d’effets délétères sur le système nerveux (Lai, 1998)
  • Risques accrus du taux de mortalité par cancer du cerveau (Carlo, 2005)

L’organisme Canadiens pour une technologie sécuritaire (C4ST) a publié en 2017 un document intéressant avec plus de 200 références d’études sur la toxicité des radio-fréquences.

Et pour finir, l’étude du Programme national de Toxicologie (NTP) américain qui a coûté la bagatelle de 25 millions de dollars et qui portait sur quelque 1 500 rats et autant de souris soumis à des radio-fréquences – ondes classées dans le Groupe 2B « potentiellement cancérogène » par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) de l’OMS en 2011 – est sans appel (octobre 2018) :

Nous concluons qu’il existe des preuves évidentes que la radiation des radiofréquences sont cancérogènes pour l’homme. Ils provoquent des gliomes et des neuromes acoustiques. Il existe des preuves partielles d’un risque accru de développement du cancer de la thyroïde et des preuves irréfutables que les radio-fréquences sont un cancérogène multisites. En se basant sur le préambule des monographies du CIRC, le rayonnement RF doit être classé comme cancérogène pour l’homme, Groupe 1.

Voici l’étude de Hardell et Carlberg sur les nuisances RF des téléphones portables – rédigée en anglais.

pdf icon

Scandale sanitaire, des millions de téléphones portables rappelés : Pr. Arazi chez Bourdin RMC, avril 2018 – durée 3’13

Petite remarque au passage

L’homme est un récepteur radio ultra-sensible. L’intensité du signal est certes importante pour connaître la nocivité des ondes, mais sa fréquence aussi à cause des phénomènes de résonance électromagnétique. Ceux-ci nécessitent que de très faibles intensités d’énergie. Chaque organe dans notre corps a sa propre fréquence et ces effets de résonance ciblée peuvent soit guérir, soit endommager voire engendrer des anomalies plus ou moins graves sur le vivant.

Ainsi le « Sleep Bracelet » Philip Stein utilise les fréquences naturelles pour favoriser le sommeil. Les générateurs de champs magnétiques Mag 40 et Tiny-Scan sont utilisés notamment pour le traitement de l’arthrite, l’arthrose, l’ostéoporose ou encore la consolidation osseuse. Ces appareils sont homologués selon la directive européenne concernant les dispositifs médicaux : 93/42 CEE.

Ces connaissances sont malheureusement aussi exploitées par certaines armées qui se sont dotées ainsi de tout un arsenal d’armes à micro-ondes, ELF (extrêmement basses fréquences) et acoustiques pour manipuler les individus ou les foules et tuer au besoin. Ainsi la récente guerre en Irak a été pour l’armée américaine un terrain d’expérimentation pour exercer ses armes à énergie dirigée.

Bien sûr on en n’est pas encore là avec le LINKY

fake for DareBoost
Le panier est vide